Doppler couleur …

Doppler couleur ...

Doppler couleur échographie de l’aorte abdominale

Abstrait

Les altérations de l’aorte abdominale sont relativement fréquentes, en particulier chez les personnes âgées. Les progrès technologiques dans les domaines de l’échographie, tomodensitométrie, angiographie, et l’imagerie par résonance magnétique ont considérablement augmenté les options d’imagerie pour l’évaluation de ces lésions. Parce que cela peut être fait rapidement et est également non-invasive, l’échographie joue un rôle majeur dans l’exploration de l’aorte abdominale, depuis son émergence du diaphragme à sa bifurcation. Il est indiqué pour le diagnostic et le suivi de diverses maladies aortiques, en particulier les anévrismes. Il peut être utilisé pour définir la forme, la taille et l’emplacement de ces lésions, l’absence ou la présence d’un thrombus et de leurs caractéristiques. Il est également utile pour surveiller l’évolution de la lésion et pour le suivi post-opératoire. Cependant, sa valeur est limitée dans la planification chirurgicale et dans des situations d’urgence.

Mots clés: aorte abdominale, Échographie, Aneurysm

Sommario

La patologia dell&# X02019; aorte Addominale &# X000e8; relativamente frequente, in particolare di persone Nelle et&# X000e0; avanzata. Le Innovazioni TECNOLOGICHE introdotte nel campo dell&# X02019; ecografia, della TOMOGRAFIA computerizzata, dell&# X02019; angiografía e della risonanza magnetica, hanno ampliato notevolmente il ventaglio di Opzioni dell&# X02019; imagerie vascolare. Dans particolare l&# X02019; ecografia Ha non ruolo di primaria importanza per la possibilit&# X000e0; di valutare l&# X02019; aorte Addominale dall&# X02019; emergenza diaframmatica fino alla biforcazione, per la rapidit&# X000e0; di esecuzione e la non invasivit&# X000e0 ;. Risulta pertanto indicata per la diagnosi e il suivi delle Varie malattie, in particolare degli aneurismi, dei quali pu&# X000f2; definire forma, dimensioni, topografia, assenza o presenza di trombi e loro caratteristiche, cos&# X000ec; venir nel monitoraggio e nel suivi post-entre opéra. I Limiti dell&# X02019; indagine sono rappresentati dalla pianificazione dell&# X02019; intervento chirurgico e dalle situazioni di emergenza.

introduction

Les innovations technologiques dans le domaine de l’échographie, tomodensitométrie, angiographie, et l’imagerie par résonance magnétique (IRM) ont élargi les options pour l’imagerie vasculaire et modifié les protocoles de diagnostic en fonction des technologies disponibles, les problèmes de diagnostic et des solutions de traitement qui impliquent l’utilisation de radiologie méthodes pour guider et suivre les procédures interventionnelles [1,2].

L’échographie est l’étude de première ligne d’imagerie pour le diagnostic et l’évaluation post-opératoire et le suivi des patients atteints de maladies des gros vaisseaux abdominaux [3].

La combinaison de vélocimétrie avec ultrasons et de couleur méthodes (échographie Doppler couleur) sensiblement augmenté les possibilités de l’échographie dans le diagnostic des troubles impliquant les vaisseaux profonds. Il a stimulé l’acquisition de données fonctionnelles, souvent impossibles à obtenir avec d’autres méthodes, et augmenté de manière significative l’espace occupé par des méthodes ultrasonores dans l’imagerie diagnostique [4,5].

Anatomie

La partie abdominale de l’aorte se situe entre le bord inférieur de la douzième vertèbre thoracique et la quatrième vertèbre lombaire; à ce niveau, l’aorte se divise en droite et à gauche des artères iliaques communes et l’artère sacrée moyenne, qui continue vers le bas et verticalement.

L’aorte est situé dans l’espace rétropéritonéal, en face des corps des vertèbres lombaires.

Antérieurement, il est recouvert par le corps du pancréas, la troisième portion du duodénum, ​​la racine du mésentère, et la veine rénale gauche. Sur la droite, se trouve la veine cave inférieure; sur la gauche, la colonne gauche du diaphragme et l’élément de flexion duodenojejunal [6].

L’aorte donne naissance aux artères phréniques inférieures, le tronc cœliaque, l’artère mésentérique supérieure, les artères surrénales moyennes, les artères rénales et gonadiques, et l’artère mésentérique inférieure (Fig.&# X000a0; 1 A).

A. La figure montre les vaisseaux qui découlent de l’étirement supérieure de l’aorte abdominale (le tronc cœliaque) et leurs branches. B. L’artère mésentérique supérieure et les branches de l’artère mésentérique inférieure dans des récipients de plus petit calibre qui alimentent le .

Les artères phréniques inférieures sont les deux premières branches de l’aorte abdominale. Ils proviennent des parois latérales de l’aorte et montent vers le diaphragme, ce qui leur vascularisation. Ils fournissent les artères surrénales supérieures.

Le tronc cœliaque provient de la paroi antérieure de l’aorte abdominale à un certain point entre le corps de la douzième vertèbre thoracique et le disque se trouvant entre la première et la deuxième vertèbre lombaire, environ 1,5&# X000a0; cm en dessous du diaphragme. Il court vers l’avant, et après 2&# X02013 3;&# X000a0; cm, elle se divise en l’artère gastrique gauche, l’artère hépatique commune et l’artère splénique.

L’artère hépatique de gros calibre court vers le hile hépatique; après avoir donné naissance à l’artère gastro-duodénale, il continue l’artère hépatique propre. Au niveau de l’hile, elle se divise en deux branches droite et gauche, qui fournissent le sang au niveau du foie. Dans l’épiploon, l’artère hépatique est située anteriorly au gauche canal biliaire anteriorly droite, la veine et portail est dans la loge postérieure. Ces trois structures qui constituent le pédicule hépatique, forment le pilier antérieur du foramen de Winslow. L’artère hépatique donne également lieu à la&# X000a0; artère cystique (qui provient de la branche droite de l’artère hépatique et procède à la vésicule biliaire); l’artère gastrique droite (qui court le long de la courbure gastrique moindre et anastomose avec l’artère gastrique gauche); et l’artère gastro-duodénale. Cette dernière artère provient derrière la première partie du duodénum, ​​puis se divise en deux branches. La première est l’artère gastro-droite, qui monte le long de la grande courbure de l’estomac et anastomose avec l’artère gastro-gauche (une branche de l’artère splénique). La deuxième branche est l’artère pancréatico supérieure, qui descend le long de la marge interne de la seconde partie du duodénum et anastomose avec l’artère pancréatico inférieure (une branche de l’artère mésentérique supérieure).

Sur la gauche, l’artère gastrique gauche monte, court le long de la petite courbure de l’estomac dans le ligament hépato et anastomose avec l’artère hépatique droite.

L’artère splénique est la plus grande branche du tronc cœliaque. Il tourne vers la rate, avec un parcours sinueux, le long du bord supérieur du pancréas. Au hile de la rate, elle se divise en plusieurs branches qui pénètrent l’organe et fournissent des rates accessoires.

L’artère mésentérique supérieure provient de la paroi antérieure de l’aorte abdominale au niveau de l’espace intervertébral D12-L1, environ 1&# X000a0; cm caudal à l’émergence du tronc cœliaque. Elle descend derrière le pancréas, entre la tête et le cou, puis émerge entre le bord inférieur du pancréas et du duodénum. En passant devant le&# X000a0; ce dernier, il pénètre dans le mésentère et les courbes vers la fosse iliaque droite. Elle fournit une partie du duodénum, ​​les parties restantes de l’intestin grêle, et une partie du gros intestin. Ses collatérales comprennent l’artère pancréatico inférieure, qui se confond avec l’artère pancréatico supérieure et fournit le sang à la tête du pancréas et du duodénum; le jéjunum et les artères iléon (10&# X02013; 15 branches qui vascularisation les boucles de l’intestin, sauf celles de la dernière section); l’artère colique moyenne; l’artère colique droite (qui atteint le côlon ascendant); et l’artère iléo, qui court à la&# X000a0; fosse iliaque gauche. Caudale par rapport à l’origine de l’artère de celui-ci, les branches mésentérique supérieure dans des récipients de plus petit calibre qui alimentent le caecum et les dernières boucles iléaux (Fig.&# X000a0; 1 B) [7].

Les artères surrénales moyennes proviennent des parois latérales de l’aorte au niveau de l’artère mésentérique supérieure et de procéder à des surrénales.

Les artères rénales proviennent des parois latérales de l’aorte au-dessous de l’artère mésentérique supérieure, au niveau de la première vertèbre lombaire. Ces deux grandes branches sont horizontales à l’hile des deux reins. Ici, chacun se divise en 3&# X02013; 4 branches, qui pénètrent dans le bassinet du rein. Les mesures de l’artère rénale droite 5&# X02013; 6&# X000a0; cm. Il fonctionne en arrière de la veine rénale droite, la veine cave inférieure, la tête du pancréas, et la partie descendante du duodénum. L’artère rénale gauche est d’environ 3&# X02013; 4&# X000a0; cm de long. Il passe derrière la veine rénale gauche, le corps du pancréas, et la veine splénique [8].

Les artères gonadiques sont les artères qui alimentent les testicules chez le mâle et les ovaires chez les femmes [9].

L’artère mésentérique inférieure provient de la paroi antérieure de l’aorte au niveau du disque intervertébral L3&# X02013; L4. Elle procède à la baisse vers la gauche, en traversant les vaisseaux iliaques communes. Il pénètre dans la racine de la mésosigmoïde et atteint l’extrémité supérieure du rectum, comme l’artère hémorroïdaire supérieure.

L’anatomie pathologique

athérosclérose

L’athérosclérose est caractérisée par la formation d’athéromes, qui sont soulevées, fibroadipose plaques qui se développent dans la couche d’intima de l’artère ou dans les couches les plus internes de la tunique moyenne [10].

Avec le temps et la progression de la maladie, le composant fibreux prédomine, ce qui donne la plaque un aspect nacré. Certains athéromes subissent une calcification ou une ulcération, et thrombus mural peut se former sur athéromes compliquée et simple. Par conséquent, la paroi du récipient se déforme et rigide, et le rétrécissement de la lumière altère fortement le flux sanguin vers les organes.

lésions focales affaiblissent la paroi artérielle et les prédisposent à la dilatation anévrismale et rupture.

anévrismes athérosclérotiques sont les plus courantes dans l’aorte abdominale. Ils sont rarement observés chez les patients âgés de moins de 50 ans. Ils peuvent être sacculaire, fusiforme ou cylindrique.

La cause est généralement athérome l’expansion dans les médias de tunica, qui détruit le soutien musculoelastic du mur.

Les symptômes d’un anévrisme de l’aorte abdominale sont liés à des complications, qui incluent rupture avec hémorragie massive dans la cavité péritonéale ou tissus rétropéritonéaux; compression des organes voisins; occlusion des vaisseaux adjacents; et l’embolie secondaire à thrombus mural. Les anévrismes peuvent aussi se manifester par une suggestive masse abdominale de malignité.

La taille de l’anévrisme a des implications cliniques importantes. Ceux qui ont des diamètres inférieurs à 6&# X000a0; cm sont moins susceptibles de se rompre, alors que des diamètres supérieurs à 7&# X000a0; cm sont fréquemment associés à une rupture, qui peut être fatale.

troubles Steno-occlusive

Les causes les plus fréquentes d’obstruction est l’athérosclérose, ce qui affecte les personnes qui sont d’âge moyen ou âgées et les résultats en occlusions partielles ou totales, celle-ci causée par athéromes simples ou multiples. L’occlusion est généralement située à l’ouverture de l’aorte ou dans les deux premiers centimètres de la cuve, soit au niveau de la bifurcation principale, et il est souvent associée à une dilatation poststénotique.

Les causes moins fréquentes comprennent l’hyperplasie fibromusculaire, qui implique les segments plus distales des artères (en particulier les artères rénales) et est souvent détectable dans plus d’une région; artérite, qui peut être accompagné par d’autres maladies immunologiques; et la compression extrinsèque du tronc coeliaque par le ligament en forme d’arc du diaphragme.

Merci à la riche réseau de anastomoses entre les trois principaux systèmes de ce district, un obstacle qui a développé lentement sera compensée dans une certaine mesure par le développement de la circulation collatérale.

Ceci explique pourquoi l’obstruction de deux des principaux troncs ne peut être associée à des symptômes cliniques appréciables ou, en effet, même en présence de symptômes, l’occlusion des trois grandes artères. D’autre part, la sténose d’un seul tronc artériel est parfois associée à des symptômes abdominaux postprandiale typiques.

Les symptômes peuvent persister même après que la situation hémodynamique a été corrigée par voie chirurgicale, et dans certains cas, le tableau clinique peuvent régresser spontanément au cours du temps, même si l’obstruction artérielle n’a pas été éliminée.

systématisation Clear-cut est difficile car il y a tellement de situations différentes circulatoires, chacun accompagné de diverses présentations cliniques.

ischémie mésentérique aiguë est associée à taux de mortalité élevé. La sténose artérielle est souvent mal diagnostiquée, surtout lorsque les caractéristiques de la douleur abdominale ne sont pas clairement expliquées, et la condition peut conduire à l’intestin du myocarde avant le diagnostic correct est fait.

En dehors de la thrombose artérielle, embolie, et la vascularite, l’ischémie aiguë peut aussi être causée par le développement simultané de l’hypertension portale ou une thrombose de la veine mésentérique supérieure.

Parce que le diagnostic clinique précoce de coeliaque-ischémie mésentérique est si difficile, les études d’imagerie jouent un rôle crucial dans ces cas.

Des altérations dans la route du navire

Au fil des années, l’aorte est souvent plus tortueuse, en particulier chez les femmes et chez les individus souffrant d’hypertension. Par conséquent, le récipient a tendance à traverser la ligne médiane, venant en contact étroit avec la compression, et parfois en partie la veine cave inférieure.

Les modifications de la taille

Les diminutions de la taille sont assez rares. Ils sont généralement vus dans coarctation de l’aorte thoracique. dilatation aortique est beaucoup plus fréquent. Elle implique parfois toute la longueur du récipient, y compris le segment thoracique, et est associé à un allongement notable de l’artère, une situation appelée dolichoectasia de l’aorte.

anévrismes de l’aorte abdominale sont parmi les formes les plus cliniquement significatives de dilatation. Ils sont principalement athérosclérotiques dans la nature, ainsi que leurs pics de fréquence vers l’âge de 70 ans.

Dans la plupart des cas, ils se présentent en aval de l’apparition des artères rénales et l’aorte&# X02019, de l’intersection avec la veine rénale gauche, qui entoure la paroi antérieure de l’aorte et empêche sa dilatation. En effet, les anévrismes impliquant à la fois les segments sus- et sous-rénale de l’aorte ont souvent une apparence en forme de sablier à cause des effets locaux par expansion opposés de la veine rénale gauche.

Le sac d’anévrisme contient habituellement des formations et des athéromes thrombotiques, ce qui peut réduire sensiblement la perméabilité de la lumière.

Les anévrismes inflammatoires sont caractérisés par l’infiltration de cellules inflammatoires et la prolifération de tissu de granulation dans l’adventice. Ce tissu inflammatoire est situé à l’extérieur de la partie antérieure et des parois latérales de la cuve; la paroi postérieure est généralement épargnée. Parfois, le tissu inflammatoire se prolonge à partir de la zone périaortique dans le rétropéritoine, en incorporant les structures qui s’y trouvent, comme la veine cave, les uretères et les veines rénales.

Un anévrisme ischémique est provoquée par une ischémie circonscrite de la paroi aortique provoquée par une thrombose de la vasa vasorum. Elle se manifeste par une lésion pseudodiverticular sur la paroi antérieure de l’aorte. Bien que ces formations sont généralement de petite taille, ils comportent un risque élevé de rupture parce que l’épaisseur de la paroi qui les entoure est réduite.

anévrismes Disséquer impliquent la média de l’aorte et sont généralement précédés de medionecrosis kystique. Grâce à des lésions dans l’intima, le sang pousse son chemin dans la paroi du récipient, généralement entre les tiers extérieurs et intermédiaires de la média, la formation d’un hématome intra-muros. L’hématome se prolonge distalement, disséquant le mur, et impliquant parfois les segments proximales des branches. la progression distale peut entraîner une rupture de l’adventice de l’extravasation du sang ou d’une seconde rupture de l’intima, à travers lequel le sang est retourné à la circulation générale.

Traitement des anévrismes de l’aorte abdominale

Un anévrisme est une localisée, une dilatation permanente d’une artère causée par la modification structurelle de la paroi du vaisseau.

Au niveau de l’aorte abdominale (qui a un diamètre normal de 12&# X02013 20;&# X000a0; mm), un diamètre transversal maximal de 25&# X000a0; mm peut être considérée comme pathologique. Le segment abdominal est la partie la plus fréquemment touchée par l’anévrisme (70% de tous les cas).

L’étiologie est multifactorielle, mais un rôle prédominant est joué par l’athérosclérose. L’incidence est de 6 à 9 fois plus élevé chez les hommes que chez les femmes, et il y a une forte corrélation avec le tabagisme et l’hypertension mal contrôlée.

la maladie anévrismale est toujours progressive, ce qui signifie que le diamètre de la dilatation tend à augmenter avec le temps, ce qui conduit inévitablement à la rupture du récipient. Cet événement est une urgence chirurgicale en raison de l’hémorragie grave qu’elle provoque. Rupture d’anévrisme a été démontré que la cause la plus fréquente de décès chez les patients atteints de ces lésions. Le risque de rupture est directement proportionnelle au diamètre de la lésion, bien que la rupture peut également se produire avec des petits anévrismes.

Pour cette raison, bien que lorsque les patients sont asymptomatiques (car ils sont dans la plupart des cas), la réparation chirurgicale est généralement recommandé d’éviter la rupture. Le risque associé à la réparation chirurgicale est beaucoup plus élevé si l’opération est réalisée comme une procédure d’urgence après la rupture, ce qui justifie l’utilisation de la chirurgie chez un patient apparemment en bonne santé.

Il n’y a actuellement aucun traitement médical capable de guérir ou même limiter la progression de cette maladie: la chirurgie est la seule option.

Selon les lignes directrices actuelles de la pratique, un anévrisme de l’aorte abdominale avec un diamètre maximal transversal supérieur à 45&# X000a0; mm est une indication pour la chirurgie. Pour les petits anévrismes, le risque chirurgical est considéré comme statistiquement plus élevé que le risque de rupture prévue dans un an. Par conséquent, la chirurgie est généralement pas justifiée dans ces cas. exceptions possibles sont des lésions de plus en plus rapidement (ceux qui présentent une augmentation de diamètre supérieur à 5&# X000a0; mm au cours des 6 derniers mois) et asymétrique &# X0201c; blister&# X0201d; lésions, qui sont habituellement une indication de la vulnérabilité élevée de la paroi.

Actuellement, le chirurgien dispose de deux options: la chirurgie ouverte classique et angiographie guidée placement de stent transarterial.

La chirurgie ouverte implique une abdominale, souvent transperitoneale, incision, ce qui permet l’exposition des organes rétropéritonéaux. Le segment dilatée est remplacée par une prothèse en Dacron &# X000ae ;. un matériau synthétique présentant des propriétés élastiques semblables à celles de la paroi artérielle.

Ceci est une technique standardisée, ce qui donne d’excellents résultats à long terme. Le patient est généralement déchargé dans les 6&# X02013; 8 jours. En dehors d’une période raisonnable de convalescence, aucun autre soin est nécessaire après la sortie. Le taux de mortalité associé à des interventions non urgentes de ce type est actuellement très faible (environ 2&# X02013; 3%).

La procédure est naturellement tout à fait invasive et peut être associée à des complications majeures au cardiaque (stress chirurgical), respiratoires (lit de repos, disuse transitoire des muscles accessoires de la respiration), et rénales (possible serrage de l’aorte au-dessus de l’émergence de la rénale navires, possible réinsertion des vaisseaux rénaux) niveaux. difficultés anesthésiologie peuvent également survenir chez les patients présentant des comorbidités importantes, ceux qui ont des antécédents de chirurgie abdominale, et ceux qui ont une obésité sévère (&# X0201c; abdomen hostile&# X0201d;).

La technique implique l’insertion endovasculaire transartérielle et la libération d’une prothèse tissée montée sur un stent auto-extensible. La prothèse est introduite par l’intermédiaire d’un accès artériel périphérique (par exemple l’artère fémorale) et placé sous guidage fluoroscopique. Cette approche ne supprime pas la lésion anévrismale, mais il est fonctionnellement exclu de la circulation.

D’excellents résultats à mi-parcours ont été obtenus avec cette technique. La mortalité est comparable à celle observée avec la chirurgie traditionnelle, mais il existe une réduction significative de la morbidité. Il peut donc être utilisé pour traiter les patients à haut risque ou ceux qui seraient exclus de la chirurgie ouverte.

Les inconvénients sont liés aux difficultés liées à un positionnement efficace du stent. Plusieurs conditions doivent être remplies pour assurer l’ancrage ferme du stent: l’accès des navires (fémorale ou iliaque) ne doit pas être trop tortueuse et le cou anévrismal devrait être suffisamment longue, pas conique, non calcifiée, sans thrombus couvrant les murs pour assurer ancrage ferme.

Des complications peuvent survenir à la suite d’une défaillance technique ou la présence d’endofuites, qui laissent la chambre d’anévrisme exposée à la pression du flux sanguin. En outre, le procédé nécessite l’utilisation d’agents de contraste iodés, qui sont très néphrotoxique et peut être associée à des altérations de la fonction rénale allant de post-opératoire transitoire diminue à l’ARF. Les patients atteints d’IRC sont particulièrement vulnérables à ce type de dommages. La taille de la prothèse doit être choisie avec soin, et il doit être soigneusement positionné pour éviter toute interférence avec l’émergence des artères iliaques rénales et internes. Aucune donnée disponible sur la performance à long terme de ces prothèses, et donc beaucoup de chirurgiens hésitent à les utiliser chez les jeunes patients.

Couleur Doppler

L’aorte abdominale peut être explorée à partir de son émergence à partir du diaphragme à la bifurcation, mais ce ne sont pas toujours faciles à visualiser du fait de sa profondeur et de la présence de viscères creux sus-jacente.

Pour l’étude de l’aorte abdominale, les transducteurs basse fréquence sont utilisés. Le patient&# X02019; la position est modifiée (supination, couché sur le côté gauche avec le soutien, etc.) pour obtenir la meilleure fenêtre acoustique [11].

En mode B, le navire semble anéchoïque avec des murs hyperéchogènes [12]. La forme d’onde Doppler varie selon que le débit est crânialement échantillon ou en dessous des artères rénales: dans le premier cas, il y a une composante diastolique appréciable, comme cela se produit dans les zones à faible résistance (Fig.&X000a0 # 2; A); aval il n’y a pas de composante diastolique, et la trace est caractérisée par une petite vague inversée (districts à haute résistance) (Fig.&# X000a0; 2 B) [13,14].

La forme d’onde Doppler de l’aorte abdominale varie&# X000a0; selon que le débit est céphalique ou en dessous des artères rénales: dans le premier cas, il y a une composante diastolique appréciable, comme cela se produit dans les zones à faible résistance (A); il aval .

Avant de se diviser dans les artères iliaques, l’aorte abdominale entraîne le trépied cœliaque, l’artère mésentérique supérieure, les artères rénales et l’artère mésentérique inférieure.

Comme pour le tronc cœliaque, le foie et les artères spléniques peuvent toujours être discernées, tandis que les artères gastriques et gastroduodénaux gauche ne sont vus que sporadiquement. Le tracé Doppler du tronc cœliaque est caractérisée par de grandes composantes diastolique (districts à faible résistance) (Fig.&# X000a0; 3) [15].

Le tracé Doppler du tronc cœliaque est caractérisée par un grand composant diastolique.

L’artère mésentérique supérieure peut toujours être visualisé à l’échographie. Elle se pose juste au-dessous de l’axe de la maladie coeliaque / tronc et le tracé doppler varie en fonction de si oui ou non le patient est à jeun. Il y a une composante appréciable diastolique qui, en même temps que le pic de pression systolique, augmente après un repas, lorsque la surface fournie par le récipient est caractérisé par une augmentation de la demande pour le sang (Fig.&# X000a0; 4) [16].

Le tracé doppler de l’artère mésentérique supérieure varie en fonction de si oui ou non le patient est à jeun. Il y a une composante appréciable diastolique qui, en même temps que le pic de pression systolique, augmente après un repas, lorsque la surface fournie par le navire .

Les segments proximaux des artères rénales sont évaluées avec le patient en décubitus dorsal. La position latérale droite de décubitus est utilisé pour examiner l’artère rénale gauche par la fenêtre acoustique fournie par le rein. Le décubitus latéral gauche est utilisé pour explorer l’artère rénale droite (située en arrière de la veine). La trace est caractérisée par un pic systolique précoce suivi d’un second pic systolique&# X02014, supérieure ou inférieure à la première&# X02014; et une composante diastolique modérée [8].

L’artère mésentérique inférieure résulte de la paroi antéro-latérale gauche de l’aorte abdominale, juste en dessous de l’origine des artères rénales. En raison de sa petite taille, il est pas toujours facile à identifier. Le tracé doppler se caractérise par un pic de pression systolique élevée, avec peu ou pas de composant diastolique.

Athéromes sont la modification fréquente observée dans l’aorte abdominale, mais contrairement à ceux trouvés dans d’autres vaisseaux, ceux de l’aorte donnent rarement lieu à des phénomènes de sténo-occlusive (fig. 5&# X02013; 7). D’autre part, elles sont souvent la cause de la formation d’un anévrisme.

Athéromes sont la modification fréquente observée dans l’aorte abdominale, mais contrairement à ceux trouvés dans d’autres vaisseaux, ceux-ci de l’aorte donnent rarement lieu à des phénomènes de sténo-occlusive.

RELATED POSTS

  • Échographie Doppler et de l’artère rénale …

    Échographie Doppler et sténose de l’artère rénale: Une vue d’ensemble Abstrait la maladie rénovasculaire est un trouble complexe, le plus souvent causée par une dysplasie fibromusculaire et les…

  • l’évaluation de l’échographie Doppler …

    l’évaluation Doppler à ultrasons des transplantations rénales Galerie d’images Dr. Piyasena est professeur adjoint, Département de radiologie et radiologique Science, Université Johns Hopkins…

  • Échographie Doppler, procédure doppler échographie rénale.

    échographie Doppler L’échographie est un outil d’enquête très sûr et précis utilisé pour évaluer les vaisseaux sanguins (veines et artères) dans tout le corps. L’échographie utilise haute…

  • Doppler Paramètres en transplantation rénale …

    Paramètres Doppler en transplantation rénale Dysfonctionnement Corrélation avec les changements histopathologiques Jing Gao. MD. Jonathan M. Rubin. MD, PhD. Dong-ying Xiang. MD. Wen He. MD….

  • Couleur Lentilles de contact – Comment …

    Couleur Lentilles de contact Lentilles de contact colorées vous permettent de changer la couleur de vos yeux et de créer un look qui est subtil, audacieux ou entre les deux # 151; si vous…

  • Couleur Contacts astigmatisme, gratuit …

    Contacts couleur pour astigmatisme Contacts Gratuit pour astigmatisme contacts de couleur pour corriger l’astigmatisme sont relativement nouveaux. Dans le passé, ceux qui souffrent…

Laisser un commentaire